Donc j’ai fait des promesses (inconsidérées sans doute) et me voilà au pied du mur, tiraillé entre ma réputation de fiabilité à toute épreuve et ma loyauté au pacte des mâles – qu’on pourrait résumer sous la forme : si les filles commencent à nous comprendre, ne deviendrons-nous pas leurs esclaâaves ?

Dans la mesure où ledit pacte ne tient pas la route deux secondes, voici donc, mesdames, le premier d’une série probablement brève sur la meilleure manière de faire souffler (voire ahaner) le Vent du Nord jusques en votre chambre… Méthode numéro un, donc : la surprise (oui, je pousse le vice jusqu’à garder un lien avec mon titre).