Les plumitifs de tout poil ont su s’attirer de longue date la mauvaise humeur de pas mal de monde, et le vocabulaire dénigrant dirigé contre la gent journaleuse est toujours fourni ! Folliculaire m’évoque d’emblée Un Ragga abscons, de Juliette, festival d’obsolètes en une chanson, où les critiques semblent être l’objet de son ire – mais on s’y perd vite !

La lecture régulière d’@rretsurimages, pour ma part, ne me donnerait pas envie de participer à la course à l’info, que j’aime à recevoir à petites gorgées…