Le truc amusant, quand on joue plusieurs fois le même jour, c’est de passer du vide énergétique de la sortie de scène au re-plein nécessaire pour rejouer. On regarde la montre. On se dit : Je ne pourrai pas, dans une heure, remonter sur ce plateau, m’agiter encore, réinventer, pour la ennième fois, les mots. Je. Ne. Peux. Pas.

Puis, peu à peu, la machine se met en branle, on place ses accessoires, costumes, on plaisante avec les copains, on se concentre et… lumière, musique. On y est. On a oublié la fatigue. On raconte !

PS : sur le titre, si vous ne connaissez pas l’expression, une petite définition de cet effet qui a fait la joie de générations de spectateurs de Tex Avery !