J’ai connu un metteur en scène qui décrivait les comédiens comme des athlètes. Dans une spécialité pas vraiment olympique : la mémoire.

Du coup le trou, cet ennemi intime qui nous guette à chaque représentation, serait une sort de claquage musculaire ? Générant le blanc, ce monstre sans forme et sans couleur, prêt à avaler l’histoire ! Aujourd’hui encore, j’aurai été épargné \o/