C’est marrant, j’ai la vague sensation que c’est pas la première fois que je suis en retard d’au moins 24 heures pour mon réel du jour. Il faut dire, que ce fut une journée d’urgence imparable : j’ai du faire la sieste, et, comme dit le poète, il est difficile de taquiner le clavier sous l’étreinte de Morphée !