Il faut se rendre à l’évidence, il arrive que l’essence de la vie s’évapore un poil, et que l’homme, lors même qu’il n’attend pas l’autobus 27 au coin de la rue de la Glacière, se trouve proche de la panne sèche.

Il convient alors de prévoir dans la journée une tranche suffisante, comptez un bon ⅛ de vingt-quatre, pour ronfler avec ardeur et, se faisant, faire remonter la jauge à un pourcentage suffisant pour affronter les sunlights vespéraux. En-dessous de 15% à la neuvième heure, ce ne sera pas envisageable…