Mais finalement, tu es encore amoureux d’elle ?

Voilà une question qui me paraît bien dangereuse… Ça fait plus de deux ans que je me suis pris son départ dans la yeule, et, depuis, je me suis échiné à fermer le sac de mes sentiments, pour ce qui la concerne.

L’histoire qu’elle avait alors entamé a tourné court, et, fauchés que nous sommes, nous partageons toujours le même appartement. Deux ans et demi de vie commune d’après-couple.

Et la question que je ne peux pas me poser.

Parce que je ne crois pas que notre histoire peut renaître – rien chez elle, par exemple, ne me permet de supposer qu’elle en aurait l’envie.

Et, au fond, le désespoir ne m’intéresse pas. Je n’ai pas pour projet de mourir de langueur. J’aime la vie, aujourd’hui comme hier. J’ai plein d’amour à donner, j’en suis convaincu.

Mais me voilà coincé. Coincé dans une vision de ce que serait ma vie qui a explosé et incapable, encore, toujours, à m’en coller des baffes, de construire une autre idée, de voir d’autres possibilités, de me projeter dans un $*%!@# d’avenir.

Sinon, ma situation matérielle s’est stabilisée, depuis le début de l’année, c’est toujours ça de pris \o/

Par ailleurs, vous serez ravi d’apprendre que j’ai renouvelé ce nom de domaine pour un an, faut croire que je n’ai pas fini de me plaindre !

À bientôt (ou pas) pour une nouvelle complainte désespérée…